De nouveaux chasseurs de drones

chasseur-de-drone

La montée en flèche des ventes de drones a eu pour conséquence le développement de drones-espions, dits « indésirables ». Ces derniers sont en fait des appareils volants qui s’immiscent de façon arbitraire sur des espaces aériens administratifs ou privés.

Ainsi, pour y mettre fin, un autre marché parallèle prend peu à peu de l’ampleur : la fabrication de chasseurs de drones. Ils ont pour rôle d’intercepter ou de neutraliser les drones indésirables. De même, des startups émergent pour répondre à cette nouvelle problématique soulevée par les survols illégaux.

Principe du chasseur de drone

À l’image du Airspace, un chasseur de drone est un drone autonome capable de détecter et de signaler les anomalies (drones indésirables) présentes dans le ciel. Pour les intercepter, il ne procède ni par attaque offensive, ni par arme de destruction. Il se place tout simplement au-dessus du drone détecté et lui lance un filet pour le neutraliser. Ceci, pour éviter qu’un individu ne reçoive les débris tombés du ciel au cours de l’opération.

Quelles perspectives offre la chasse aux drones ?

Plus de 2 millions de drones de loisirs ont été déjà vendus dans le monde et c’est bien parmi cette masse que se retrouvent les drones espions. Une fois que l’on a cette estimation en vue, on peut percevoir à quel point les chasseurs de drones risquent de se multiplier dans les prochaines années. De plus, un récent rapport du Centre Français de Recherche Aérospatiale (ONERA), a recensé une soixantaine de survols illégaux dans des zones sensibles en quelques semaines, sans que rien ne soit fait pour les intercepter.

D’un autre côté, on note que le nombre de PME françaises qui ont été créées autour des applications professionnelles de drones a connu une croissance non négligeable. Elles emploient actuellement 3 000 personnes présentement et pourront passer à 15000 employés d’ici 5 ans, selon la Fédération française des drones civils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *